Préparer le CAP Pâtissier

Le plus important pour avoir le CAP pâtissier est bien évidemment de le préparer.

Plusieurs étapes sont importantes pour le réussir. Il y a la partie théorie et la partie, bien évidemment, pratique.

Mais il est important de travailler la partie théorique, puisque, pour ma part, c’est en partie grâce aux notes que j’ai obtenu en théorie qui a fait que j’ai obtenu une très bonne moyenne générale à l’examen.

Certes le coefficient n’est que de quatre pour les matières théoriques, contre onze pour la pratique.

Mais imaginons que vous obteniez une note de 9/20 en pratique mais que vous ne révisiez pas la théorie. Si vous obtenez une note générale de 8 aux matières théoriques, cela ne suffira pas à remonter votre note de pratique. Tout simplement car le coefficient le plus haut est celui de la pratique et non de la théorie. Mais si vous révisez correctement la théorie, et que vous obtenez une bonne note générale, cela peut vous « sauver », et rattraper votre mauvaise note de pratique.

Il faut donc avoir en tête que les matières professionnelles (et générales), c’est-à-dire la théorie, peuvent vous rapporter un maximum de points. Il est donc tout aussi important de les réviser que la pratique. Utiliser ça comme un bonus.

Pour préparer au mieux votre réussite du CAP Pâtissier , il faut suivre des étapes, quelque peu minimes, mais qui accordent de l’ importance à votre préparation..

Je vais les énumérer avec vous dans cet article.

C’est une sorte de guide utile pour réviser de manière intelligente votre CAP pâtissier. Le fait de comprendre la manière dont on va préparer le diplôme va vous permettre d’avoir une meilleure envie. Comme une sorte de plan d’actions à appliquer.

Car oui, l’organisation est importante pour la pratique mais elle l’ est toute aussi importante pour la théorie.

 

Préparer le CAP Pâtissier : Aller en cours

 

Préparer le CAP Pâtisserie

C’est bien sûr la chose la plus logique qu’il faut faire. Aller en classe, assister aux cours est la meilleure façon pour se retrouver directement dans la formation. Plus vous serez encré dans la formation, et mieux vous assimilerez des choses. Vous devez dès le départ vous mettre dans le bain.

A l’ inverse, si vous ne suivez pas les cours sous prétexte que ça ne vous intéresse pas, vous serez comme détaché de la formation, et de votre avancée. Vous vous sentirez complètement « à l’ouest ». Ce qui fera que votre cerveau ne prendra pas en compte les choses essentielles qu’il faut retenir.

Imaginez, vous n’êtes pas aller en cours pendant deux semaines, jusqu’au jour où vous vous décidez de revenir. À votre avis, qu’est-ce qu’il va se passer ?

Devinez le sentiment que vous allez avoir. Vous allez vous sentir comme « un débarqué ». Les autres auront avancé, ce qui fera que vous aurez le sentiment d’être mis à l’écart. Comme un petit nouveau qui arrive dans une bande et qui est mal à l’aise parce qu’il a manqué des épisodes. Qu’est-ce qu’il va se passer ensuite ?

Le fait d’entrer en formation, et de devoir assister à des cours demande des efforts. Alors, imaginez si vous revenez après la bataille et que vous devez tout rattraper. Vous devrez encore plus redoubler d’efforts. Ce qui amènera, sans aucun doute, à un manque sévère de motivation. Vous aurez l’impression de devoir gravir toute une montagne.

Il est donc primordial d’assister aux cours. Mais pas seulement. C’est bien beau d’être là, encore faut-il également écouter, prendre les notes, être attentif et comprendre le cours. Ceci est très important. Si vous comprenez la leçon, vous apprendrez plus vite et beaucoup plus facilement. N’hésitez pas à poser des questions à vos professeurs si quelque chose n’est pas clair. Soyez investi.

Ensuite, certes se lever le matin pour assister à des cours, qui ne nous intéressent pas forcément, est compliqué.

Mais pensez au fait que si vous ratez un cours, ne serait-ce qu’un seul cours, rien que le fait de vous dire « mince je dois rattraper tout un cours » , va vous procurer un sentiment de regrets. Vous allez vous en vouloir.

Pensez à ce sentiment désagréable. Demandez-vous quel est le prix à payer si vous ratez un cours.

Je vous assure que cela vous poussera à ne rater aucun un cours. Rappelez-vous ce que ça peut vous coûter de ne pas aller en cours, ou de ne pas suivre correctement, ou de ne pas être assez attentif et d’avoir des trous dans vos notes.

 

Préparer le CAP Pâtissier : Les sujets d’examens

Les cours c’est bien. Les apprendre aussi. Mais l’avantage d’un CAP, c’est qu’on ne vous demandera jamais de faire une dissertation en exercices, ou toutes autres choses de ce genre. Tout ce que vous avez à faire pour répondre à l’épreuve, est de seulement remplir un questionnaire. Autrement dit, on parle de sujets d’examens.

Les sujets d’examens sont une autre raison très importante d’ aller en cours. Ce sont les professeurs qui nous distribuent ces fameux sujets. Ce sont, bien évidemment, des sujets qui sont tombés les années précédentes lors des examens.

Les professeurs vous en donneront très souvent. Ce sera avec ces sujets, en les remplissant régulièrement, que vous assimilerez les choses les plus importantes de vos cours.

Il faut savoir que plus vous vous entraînerez sur des sujets d’examens, et plus vous serez au point pour le « vrai » examen.

Car, plus vous répondrez aux questions qui se trouvent dans ces sujets examens, et plus ces questions seront susceptibles de tomber à nouveau le jour de votre propre examen. Certaines questions éditées dans les sujets, selon les matières, peuvent tomber deux années de suite par exemple.

Vous l’aurez compris, les sujets d’examen sont une aide essentielle pour réussir votre examen écrit.

 

Préparer le CAP pâtissier : Les corrections

 

Préparer le CAP Pâtisserie

L’avantage, c’est que, comme ce sont les profs qui vous donnent les sujets d’ examen, vous devez donc les travailler en classe. Ce qui est une bonne chose puisque si vous faites des erreurs, vous aurez la possibilité de les corriger tout de suite. Pourquoi ?

Le professeur est là pour ça. Il vous aide à corriger vos erreurs, vos lacunes. Faire les corrections en classe est une chose primordiale. C’est en faisant des erreurs que l’on apprend le mieux, et que l’on assimile les choses beaucoup plus rapidement. Vous devez faire des erreurs pour retenir la leçon.

Si, lors d’un entraînement sur un sujet, vous vous « faites avoir » sur une question particulière, la correction servira à comprendre et à ne plus faire la même erreur. Le professeur ne communique pas seulement la bonne réponse, son rôle est également d’expliquer la réponse.

Vous vous êtes fait avoir sur une question à l’entraînement ? Si cette question retombe à l’examen, vous serez prêt à ne pas faire de nouveau la même erreur. Pourquoi ? Parce que non seulement vous vous rappellerez de la réponse, mais aussi parce que vous l’aurez assimilez de manière automatique car elle aura été expliquée par le professeur.

 

Préparer le CAP Pâtissier : S’ entraîner à la maison sur la théorie 

Répondre aux sujets d’examens en classe n’est peut-être pas convenable pour tout le monde.

Certaines personnes n’arrivent pas à se concentrer totalement en classe. Probablement à cause de leurs camarades, de la distraction, etc.

Si vous pensez que vous avez besoin de vous entraîner d’autant plus sur des sujets d’examens, de manière à travailler tout les thèmes abordés en cours, n’hésitez pas à aller voir votre professeur en fin de cours. Demandez-lui des sujets d’examens en plus.

N’hésitez pas ensuite à les travailler chez vous. Vous les donnerez à corriger par votre professeur, à la fin, ou au début du prochain cours.

Personnellement je préférai travailler au calme chez moi, car j’aime la tranquillité. Vous pouvez très bien faire de même. Le fait que les professeurs vous aient donné uniquement à vous des sujets à travailler à la maison, permet justement de se dire : « OK, le prof sait que j’ai demandé un sujet d’examen, je dois donc le faire, pour lui montrer que je suis impliqué et que je suis sérieux. »

C’est comme un contrat que vous avez fait avec le professeur. Cela vous force à vous entraîner. Cela vous permettra aussi de cibler vos propres difficultés. Le professeur se concentrera automatiquement sur vous. Vous progresserez donc plus vite.

Sans compter que vous vous attirerez les bonnes appréciations des professeurs lors des conseils de classe. Vous gagnerez des points, ce sera bon pour votre dossier. J’ajoute que s’il vous manquera deux points, par exemple, pour avoir votre examen, l’étude de votre dossier concernant votre engagement dans la formation vous aidera à récolter ces points manquants, et à obtenir votre CAP.

 

Préparer le CAP Pâtissier : La pratique au CFA

La pratique, c’est bien-sûr la matière qui compte le plus gros coefficient, puisqu’il est de onze.

Ce cours est très important. Ne rater aucun cours de pratique est une bonne chose.

Le professeur de pâtisserie va vous donner toutes sortes de recettes de base. C’est avec ces recettes là que vous allez devoir vous entraîner.

Dans ce cours, vous n’êtes pas seul. Vous êtes entouré de vos camarades de classe. En général, en cours de pratique, on est entre un à deux élèves par marbre.

Le professeur vous montre et vous explique le procédé d’une recette. Il écrit la quantité des ingrédients au tableau et explique dans quel ordre les incorporer chacun à la recette. A ce moment là, si vous n’avez pas compris l’explication du procédé n’hésitez pas à poser des questions, avant de commencer la pratique.

Si vous ne faites pas ça, vous n’allez pas savoir dans quel ordre exactement vous allez devoir incorporer les ingrédients. Vous allez perdre un temps énorme. Il est donc important de bien écouter les explications du professeur. Ensuite, c’est à vous de jouer.

Vous allez prendre vos petits récipients pour peser vos ingrédients. À ce moment-là je vous conseille de commencer à peser proprementdès les premiers cours de pratique. Pourquoi ?

Tout simplement parce qu’ à l’examen, les examinateurs surveillent la manière dont vous travaillez. Ils observent, et déduisent par rapport à vos gestes, si vous êtes quelqu’un qui travaille proprement ou non. Faites attention, par conséquent, de ne pas en mettre partout.

Sachez que plus tôt vous prendrez les bonnes habitudes, et plus vous serez prêt le jour J.

Lorsque vous réalisez vos pesées, il est aussi intéressant d’avoir l’esprit d’équipe. Par exemple, si un de vos collègues travaillant à côté ou en face de vous a besoin de beurre, vous pouvez gentiment lui donner après avoir fini votre pesée. Si vous voyez qu’un autre de vos collègues a du mal à trouver un ingrédient indiquez-le lui. Souvenez-vous que la pâtisserie est un travail d’équipe.

De plus, l’examen n’est pas un concours. Personnellement quand j’ai passé mon examen il y avait une ambiance de solidarité. Entre candidats, il arrivait parfois que l’on s’échange, par exemple, un sirop pour puncher le biscuit de l’entremet. Ou les restes de la crème au beurre, dans une poche pour terminer nos religieuses. C’était comme un réflexe.

Tout ceci a créé une ambiance qui a plu aux examinateurs.

 

L'entraide dans la pâtisserie est une qualité à ne pas négliger si l'on veut réussir le CAP Pâtissier, car c'est en apprenant aux autres que l'on apprend soi - même.

 

Si ce genre de comportement de solidarité vous arrive, les examinateurs constateront que la réussite sera le premier but fixé, de manière individuelle, mais aussi de manière collective. Ce sera positif pour tous les candidats. Ils obtiendront, en conséquence, les encouragements, et une envie d’aider de la part des examinateurs, au lieu de saquer le candidat.

Bien sûr si dans votre classe les choses ne se passe pas forcément comme ça car vos camarades ne sont pas du genre à partager, ou à travailler en équipe, ce n’est pas grave.  Dès le départ sachez instaurer ça. Montrer l’exemple.

Cela peut paraître bête, mais cette idée peut carrément vous aider à obtenir votre CAP pâtissier.

Ayez le bon comportement.

 

Préparer le CAP Pâtissier : Les procédés des recettes 

Au niveau des procédés, lorsque vous préparez la recette, faites-le de manière à retenir l’ordre dans lequel vous incorporez chaque ingrédient. Il suffit d’être logique. Par exemple, on peut mélanger souvent le sec ensemble, et après les liquides.

Quand on réalise plusieurs recettes, on se rend compte qu’il y a souvent les mêmes automatismes qui reviennent. Par exemple : blanchir les jaunes avec le sucre, un grand classique.

Vous devez ensuite, assimiler les tours de mains, c’est-à-dire la manière dont on va mélanger des blancs montés en neige, ou une meringue, avec des jaunes blanchis avec du sucre, par exemple. Dans ce cas, le tour de main à savoir faire sera de réussir à mélanger l’ensemble, avec une maryse, sans que les blancs ne retombent.

Autre tour de main :  le dressage. Savoir dresser à la poche à douille une cartouchière, des choux, ou encore des éclairs.

N’oubliez pas que le professeur de pâtisserie vous accompagne. Il est là pour vous montrer encore et encore. N’hésitez pas à le solliciter plusieurs fois.

Si vous n’osez pas aller voir votre professeur alors que vous avez une question, ou quand vous avez du mal à réaliser un tour de main, vous n’avancerez pas et vous serez frustré de voir les autres avancer. N’ ayez pas honte de demander. N’ayez pas honte de déranger votre professeur. C’est votre CAP que vous passez à la fin de la formation. Osez donc solliciter votre professeur.

Aider vos camarades, est également une manière efficace pour apprendre. Cela vous procure un apprentissage encore meilleur. Car c’est en apprenant aux autres que l’on apprend soi-même.

Si vous voyez un de vos camarades en difficulté sur une recette, si il ne comprend pas pourquoi il n’y arrive pas, alors que vous, vous y êtes arrivé, ne laissez pas votre collègue en difficulté, tout seul dans son coin. Aller-le voir, expliquez-lui à votre manière et montrez- lui.

De cette manière, vous-même, vous aurez fait l’exercice deux fois. Ce qui doublera vos chances d’apprendre plus rapidement que les autres. Et en plus de ça vous aurez aider un camarade. Vous aurez fait d’une pierre deux coups.

Souvenez-vous que c’est en faisant, en pratiquant, que l’on retient le mieux. Plus vous pratiquerez, et plus ce sera un mécanisme. Vous n’aurez même plus besoin de faire l’effort de vous souvenir du procédé d’une recette.

Lorsque le professeur écrit au tableau les recettes, ayez toujours avec vous un petit carnet dans lequel vous pourrez les noter.

 

Préparer le CAP Pâtissier : S’entraîner à la maison sur la pratique

Grâce aux recettes que vous aurez noté sur votre petit carnet, vous pourrez, si vous le souhaitez, les retravailler à la maison de la même manière que vous l’aurez travailler au CFA.

Si vous le souhaitez, pour cibler les recettes qui vous causent le plus de soucis, vous pouvez annoter d’ une petite croix rouge, par exemple, sur la recette en question pour indiquer et vous rappeler que vous devez d’avantage retravaillez celle-ci que les autres.

Dans ce petit carnet, ne notez pas seulement les ingrédients que le professeur aura écrit au tableau. Notez, de manière rapide le procédé. Ou en inscrivant un numéro d’ordre (1,2,3,4,5,…) devant chaque ingrédient, pour vous souvenir quel ingrédient vous mettrez en premier, quel ingrédient en deuxième, etc.

Vous pourrez de cette manière vous souvenir du procédé et le retravailler chez vous tranquillement.

Si ce n’est pas le cas, si vous n’avez pas noté le procédé sur votre carnet, ne vous inquiétez pas, de toute manière vous referez plus d’ une fois les mêmes recettes au CFA. Donc si vous n’avez pas pu noter la première fois, vous aurez la possibilité de le faire la prochaine fois.

Le plus important à retenir est le procédé. Il se peut que le professeur vous donne à faire une même recette, mais avec des ingrédients différents.

Pas de panique, le procédé restera le même, il suffira simplement de savoir ajouter l’ingrédient en plus qui n’était pas sur la première recette. Par exemple, pour la recette de la crème d’amande, il est possible parfois de voir dans certaines recettes de la poudre à crème (chose qui n’est pas obligatoire pour réussir la recette). Il faut donc juste savoir à quel moment l’intégrer avec les ingrédients habituels.

Préparer le CAP Pâtissier : S’ entraîner en entreprise

Le problème de l’entreprise c’est qu’ elle gère sa propre production. Vous, en tant qu’apprenti, vous êtes obligé d’aider à la production de cette entreprise.

L’entreprise vous donne alors très peu de temps pour vous entraîner aux recettes de l’examen.

Par contre, le temps de vous entraîner vous sera accordé par votre chef si la période le veut. Pendant les périodes beaucoup plus calme comme par exemple à l’approche de l’été. Ne comptez pas sur les périodes de fêtes comme Noël, Pacques, etc.

Pour ma part quand j’ai travaillé en boulangerie, je ne travaillais aucune pâte de base, pas de feuilletage, pas de croissants, pas de brioche, rien. J’ai donc changé d’entreprise en deuxième année. C’est en début d’année, période donc de juillet et août que le chef avait bien voulu m’apprendre certaines choses pour le CAP pâtissier en lui-même. Puis en fin d’année à la même période.

Il n’y a pas que les recettes du CAP que l’on doit travailler en entreprise. L’organisation est tout aussi importante. Il n’y a pas juste à savoir une recette en particulier, il faut aussi être capable de tenir un poste, travailler son allure, travailler de manière intelligente et logique dans les préparations etc. C’est principalement ça que vous apprendrez en entreprise.

Les recettes que vous verrez en CFA resteront uniquement au CFA. Gardez ça en tête.

Si vous travaillez dans une entreprise qui fait ses produits « maison », dans ce cas là vous aurez touché le jackpot. Vous serez dans l’endroit parfait pour travailler vos bases et votre organisation.

Pour ma part certains de mes collègues travaillaient dans une boulangerie qui faisait leur pains au chocolat maison. Ce qui était parfait pour eux.

Si vous souhaitez malgré tout vous entraîner encore plus dur en entreprise, demander de venir vous entraîner dans le laboratoire en dehors des heures de boulot peut-être intéressant également.

Encore une fois si vous ne demandez pas, vous ne pourrez pas savoir si c’est possible ou pas. Ayez toujours en tête que si vous voulez réussir, vous devez vous donner tous les moyens possibles.

Encore une fois osez demander.

 

Préparer le CAP Pâtissier : Lâcher prise.

 

Préparer le CAP Pâtisserie

Lâcher prise fait partie de l’apprentissage.

Ne laissez pas votre cerveau se remplir de nouvelles informations constamment au point de le saturer. S’il y a trop d’informations vous ne progresserez plus.

Apprenez aussi, à penser à autre chose. Changer d’air. Quand vous le pouvez, allez vous balader. Regardez un film. Allez boire un verre avec vos amis. Mais ne pensez plus à la pâtisserie.

Le sport est un excellent moyen pour être en forme physiquement, mais aussi moralement.

Attention à votre santé. Travailler comme un acharné vous fait perdre votre énergie. Apprenez à canaliser cette énergie. Pour ça je vous conseille de pratiquer la méditation. C’est un excellent moyen pour se recentrer sur soi, et repartir sur le droit chemin. De plus cela diminue le stress. Si cela vous intéresse, j’utilise personnellement une application qui s’appelle Petit Bambou.

Pensez donc, à vous reposer pour mieux repartir.